A malin, malin et demi


Dans l’art de manipuler, il existe différents degrés.

Pour commencer tout en douceur, nous citerons la manipulation gentille, partant d’un bon sentiment, non empreinte d’un esprit tordu. Car oui, nous sommes tous plus ou moins manipulateurs.
Exemple : la maman qui dit à son petit que Spiderman ne se nourrit que de haricots verts. (déjà cité quelque part) Reconnaissons lui là une volonté réelle et sincère de vouloir donner à son petit, le meilleur, pour grandir (les non amateurs de haricots verts pourront remplacer ça par des épinards/de la salade/des choux de Bruxelles…).

Maintenant que vous êtes dans l’ambiance, montons crescendo.

Il existe aussi de vils manipulateurs.

Degré également.

Celui qui tâtonne, non libéré de liens (manipulé qu’il est, lui aussi). Il n’est pas "mauvais" dans son genre mais grosso modo, toute personne à peu près équilibrée, le sent venir (une fois détecté) et va réussir la prouesse de faire écran à ses tentatives.

Celui ci, peut être, bien malgrè lui (ah ah) manipulé par une tierce personne. Soyons clairs. Il est déjà manipulé par ses propres parents. Il l’est maintenant par sa douce compagne (harpie).
Il aime être manipulé. Pantin qu’il est.
Il obéit.
Il n’est déjà pas "humain", il le devient encore moins. Etat de soumission totale.
Attention néanmoins ! il n’en reste pas pour autant moins mauvais. Nature profonde.

Attaquons la harpie.
Celle ci est au delà de l’imaginable. Elle joue la douce et frappe pourtant violemment. Violemment mais doucement. Etape par étape.
Elle suggère donc au compagnon (dépourvu d’organes masculins) de commencer à revoir un peu tout ce qui est établi.
Nous l’imaginerons, par exemple, en train de dire : "Tu trouves que c’est normal cette situation ?" "Tu ne crois pas que …"
Elle va même réussir à le convaincre que la cible est plus tordue qu’elle. Bête comme il est (dépourvu aussi de certaines fonctions cervicales de base), il gobe et fait même le constat qu’elle est rudement balèze !
Il l’a convaincue à un moment donné qu’il était tout fragile, elle lui a donné des mots pour qu’il comprenne.
A l’envers, bien sûr.

Car ils ont l’art de renverser toute situation.

Le compagnon, blessé dans son orgueil (il en est pourvu à un degré impressionnant), ne pourra pas laisser passer de telles allusions.

Donc, il obtempère.

Il va créer des polémiques non justifiées. Il va titiller sur n’importe quoi et tenter de semer la zizanie.

Il suit sans sourciller un seul instant, le plan d’attaque de dame harpie.

Il pense évidemment (la harpie également), que la cible ne voit pas, qu’elle prend tout ça comme des reproches logiques. Mais la cible les voit arriver à grands pas les bougres.

Vivent les études en psycho !

About these ads

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. dominique
    juil 06, 2010 @ 22:06:36

    théâtre de boulevard ou psycho ??

  2. Pomme
    juil 06, 2010 @ 22:29:37

    … finalement … vraie question ou ironie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: