Je suis, comme nombre de français et solidairement d’étrangers, sous le choc.

C’était, comme au mois de Novembre, une belle soirée. C’était des familles et des amis qui s’étaient réunis pour un moment de détente. C’était, pour beaucoup de victimes, les vacances méritées, le moment où on peut vivre enfin, loin du stress de la vie quotidienne.

La terreur a encore frappé. Comment en novembre, au cœur de ce qu’il y a de précieux.

La haine que fait naitre en nous de pareilles horreurs n’est pas naturelle. Elle ne devrait pas exister. Comme ces monstres qui s’octroient le droit de tuer.

Le jour choisi pour frapper, notre fête, la fête de la liberté, en France, le symbole, au milieu de l’été « leur » permet de se dire qu’ils « nous tiennent ». Ils nous tiennent par la terreur qu’ils inspirent, par la peur de sortir qui va encore régner pendant des jours. J’ai parcouru la presse ce matin. On nous dit que le meurtrier n’était pas fiché, « juste » connu des services de police.

Il y en a combien en circulation encore ?

J’ai mal à mon pays. J’ai mal d’imaginer que la menace peut être n’importe où, n’importe quand, n’importe comment, le jour où un furieux décide de la mort de mes frères et mes sœurs.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s