Quand ils ont traversé notre vie, les pervers ont une tendance détestable à nous coller.

Comme si on leur appartenait.

C’est d’ailleurs bien là le problème : ils pensent que leurs proies sont leur objet. Pas le droit de penser, de dire, de faire, sans leur accord. Une fois qu’ils mettent les voiles, ils continuent à imaginer que nous leur appartenons au point d’interférer dans notre vie, voire nous abrutir de SMS, appels, visites. Ils ne doutent de rien, ils nous font douter de tout … au moins au début. Après, forcément, la connaissance aidant (vive Internet !), on finit par les démasquer.

Alors ils collent encore. Parfois trop, parfois de loin, parfois en pensées…

Le seul moyen que j’ai trouvé pour alléger tout ça, c’est d’en rire.

Je sais pertinemment que toutes les victimes ne peuvent en rire, selon le degré d’intoxication, mais on y parvient. Bien sûr que je ne ris pas des victimes, ni des douleurs que tout ça génère. Je ris pour exorciser, je ris parce qu’aujourd’hui je vis.
Ceux qui découvrent mes écrits me prennent peut être pour une Pomme (on ne saurait leur en vouloir) mais qu’ils se détrompent. Nous sommes tous, un jour la Pomme de quelqu’un. L’important, c’est de s’en apercevoir😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s