20h

Mais d’où vient le problème des belles mères ?!

Il est curieux de voir l’ampleur que peut avoir bien souvent le phénomène « belle-mère ».

J’ai pris un peu de temps pour y réfléchir…

Alors, vous avez la belle mère, côté belle fille :  donc le fils fréquente une jeune femme.

Plaisir ou déplaisir pour la mère ?

Et bien c’est de là que tout démarre.

J’ai entendu une mère dire de son fils, qui a présenté sa petite amie : « Elle lui fait du bien, elle le tempère, elle le calme. »
Sur le coup, vous vous direz que cette mère est attentive à son fils et qu’elle veut son bien puisqu’elle valide le tempérament « calmant » de la belle fille. ah ! mais non ! c’est pile là où je vous dis NON ! Déjà, … pourquoi a-t-il besoin d’être calmé ? énervé le fiston ? et par qui ? et de quel point de vue ? Donc, belle maman valide que la belle fille qui arrive dans la famille va être le garde fou en quelque sorte, de l’excité de service, son fils. SON fils ! Un petit problème d’éducation peut être, à la base ?

On imagine tout à fait le tempérament de matrone qui sommeille dans les deux femmes impliquées dans l’éducation passée et future du fils. Parce qu’on entend clairement que l’éducation est à reprendre ou à poursuivre, bref, y’a encore du boulot. Pourvu que la belle fille s’en sorte là où la (pauvre) mère a échoué !

Et puis vous avez l’autre versant, la mère toute puissante qui ne laissera pas partir le fiston avec n’importe qui et qui, pas de chance, va détester tout ce qui se présente en possibilité de belle fille.

Pourtant, le fils fait des efforts et présente de la variété. Refus ! Rien ne va, aucune ne plait.

Et pour cause ! tant qu’elle n’arrivera pas à la cheville de la belle mère, la belle fille va devoir ramer. Et le niveau de la cheville change étrangement, à chaque nouvelle conquête.
L’idéal serait qu’il ramène une pauvrette, une qui ne fait pas de bruit, une qui ne parle pas, une qui ne pense pas, bref, une qui n’est que l’ombre de la belle mère.
Sachez-le, y en a qui l’ont fait. Pour le plus grand plaisir de la Reine mère, bien sûr, qui a pu continuer à régner sur sa progéniture. Qui, en plus, était bien à l’abri d’une quelconque critique émanant de la belle fille. Forcément !

Je vous laisse juste imaginer ce que pourrait donner la rencontre d’une belle mère dominante, avec une belle fille qui parle, pense et dit ce qu’elle pense !😀 ah ! délice ! Le fiston n’a plus qu’à faire son choix : elle ou elle.

Je plains ces messieurs, être fils n’est pas facile !

Que la première mère qui n’a jamais eu peur de la future fréquentation de sa progéniture me jette la première pierre ! Bien sûr qu’on s’inquiète. Mais attendons un peu avant de crier trop fort. Et puis, laissons aussi la jeunesse vivre. Si vous leur collez déjà la bague au doigt, ça va vous plomber le reste du premier déjeuner où vous faites connaissance. Inutile de rater la digestion, je suis sûre que vous vous êtes mise en 4 pour prouver que vous cuisiniez divinement ! Dites-vous juste que de l’autre côté, il y a aussi une belle mère😀 .

Blague à part, c’est du sérieux la belle famille. Personne n’est imperméable à ses parents, jamais, sauf si vous vous êtes sauvés d’une famille toxique.

Jeunes filles et jeunes hommes, ouvrez l’œil sur la belle famille, toujours ! et demandez-vous si celui ou celle dont vous êtes en train de tomber amoureux a eu le droit de couper son cordon ombilical. Les belles mères, parfois, font fureur !
En ce qui me concerne, j’en ai rencontrées de magnifiques spécimen : une qui avait le rire facile (et idiot bien souvent), surtout quand son fils avait un problème. Elle concluait toujours : Tu n’as décidément pas de chance, de toute façon, tu n’en as jamais eue. (la première malchance chez lui était juste d’être venu au monde !)
Une autre qui avait un venin plus destructeur que tous les reptiles qui existent. Genre « maitresse femme », genre Folcoche, genre teigne sous les couverts d’une (fausse) grande dame. Elle tirait à vue sur tout ce qui bougeait et même sur ce qui ne bougeait pas. Au préalable, elle avait pris soin de vous endormir à coups de flatteries bien pesées, se dédouanant régulièrement, après avoir envoyé ses vacheries par des « Oh ! mais évidemment, je dis tout ça sans méchanceté, crois le bien. »

J’attaquerai peut être un autre jour, les autres délicieuses relations genre beau-fils / belle-mère, ça vaut le détour parfois, c’est vrai !
Une autre fois … je sais que je vais avoir tôt ou tard quelques belles filles autour de la table, je me mets en condition, ça m’a fichu un coup l’idée d’être, peut-être, une vilaine belle mère :p !

2 réflexions sur “Belle mère ou belle fille ?

  1. 3 garçons pour ma part. Et pour le moment je n’ai une qu’une belle fille (encore jeune mes loulous) et bien on s’entend vraiment bien toutes les deux. Ils ne sont plus ensemble depuis quelques mois mais on reste en contact, elle et moi !!! Mais il y a du vrai dans ce que tu dis. J’ai eu une belle mère pas très sympathique comme tu le dis très un venin destructeur !! Et j’en ai aussi entendu pas mal sur les belles-mère. J’espère être à la hauteur !! lol

  2. Quand les sentiments sont positifs à l’égard des autres, alors on est forcément à la hauteur. Pour le reste, on fait comme on peut😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s