Droit de mort

Tu fais la « Une » régulièrement, toi l’assassin, le criminel, qui ose t’attaquer à celle et à ceux qui t’ont sûrement aimé un jour.
Tu tues lâchement, femme et enfant(s) pour leur signifier, quelle horrible ironie !, qu’ils t’appartenaient, que tu leur refusais le droit d’être « heureux » sans toi, loin de toi. Alors que bien souvent, ta femme ne faisait que survivre et n’aurait sûrement pas été si heureuse après des années de souffrance auprès de toi. Elle aurait tenté de continuer son chemin et pansé ses blessures…

Tu prends la vie de personnes innocentes et, qui plus est, sans défense. Tu ne leur donnes même pas une « chance » de vivre loin de toi, loin de ta tyrannie. Tu t’es parfois accordé des années à les faire souffrir, à les humilier, à les tuer à petit feu pour donner le coup ultime, le jour où cette femme a osé partir avec les enfants.
Ce matin encore, tu as tué ton « ex ». « Ton » ! bien voyons ! tu crois donc qu’une femme peut t’appartenir ?! Est-ce en hommage à ta mère que tu tues une femme ? Ta mère qui t’avait peut être mal traité au point que tu en arrives à haïr toutes les femmes sur cette terre et à décider qu’elles n’auraient le droit de vivre qu’avec ton accord ?

Tu t’es peut être dit que si les femmes donnent la vie, les hommes donnent la mort ?!

Tu as donc été suffisamment lâche pour ne pas dire à ta propre mère toute la haine que tu ressentais à son égard et la verser sur une autre mère bien souvent, celle qu’était devenue ton « ex » ou ta future « ex ».

Ou ton père ? pas assez courageux pour l’affronter ?

Qu’en est-il du droit de vivre pour toi ? à quel moment tu as perdu tout contrôle  ? quand tu l’as rencontré et que tu as décidé qu’elle t’appartiendrait ? quand elle est devenue mère à son tour ? tu n’as donc pas supporté que cette mère aime un enfant ? le tien ! tu as eu peur de perdre son amour ? tu n’as donc rien compris à la différence qui existe entre une mère, une femme, une fille ?!

Si la société ne te condamne pas à la hauteur de ce que tu as fait, j’espère que tu l’es au fond de toi, condamné.

Condamné à revivre le moment où tu as osé prendre la vie.

Condamné à souffrir de ce vide que tu ressens en toi et qui te ronge, je l’espère.

A moins que tu n’aies choisi de te tuer après, histoire de ne pas subir la sentence de la société ? trop lâche pour vivre après et te regarder dans un miroir ?

Et quand tu choisis de laisser la vie sauve aux enfants, les privant ainsi d’une mère et les condamnant à grandir avec l’idée que leur propre père a tué leur mère … les mots manquent pour qualifier tout ça.

Ah oui, il y a aussi l’ultime punition. Tu te fous en l’air avec tes enfants. Histoire que ton ex meurt de chagrin. Histoire de lui infliger la pire des souffrances…

Certains journalistes choisissent encore d’appeler cela des drames familiaux, voire pire … des crimes passionnels ! Qu’y a-t-il de passionnel dans un crime ? Qui peut croire encore aujourd’hui que l’on tue quelqu’un qu’on aime ? que l’on tue par amour ? à quel moment ils n’ont pas compris ces journalistes ?

Qui veut encore (nous faire) croire une aberration pareille ?

Je veux vraiment te laisser le bénéfice du doute et imaginer que ta propre mère ne t’aimait pas, ne t’a pas aimé, n’a pas su te construire avec tout cet amour qui donne des ailes. Je le veux très fort car, je ne peux imaginer non plus un seul instant qu’un fils élevé dans l’amour peut devenir un jour un tueur. Je ne peux d’autant plus l’imaginer que j’ai moi même élevé des fils qui sont remplis d’amour et d’empathie. Ils aiment, ils ressentent, ils sont la preuve vivante qu’un homme est capable d’être … un homme, doux, prévenant et pour autant, fort quand il le faut. La virilité, vois-tu, ne se place pas dans le fait de frapper mais justement, de protéger !  A moins que tu n’aies imité ton père ? … je tente de te chercher non pas des excuses, mais des « origines ».
Jamais personne ne me fera croire qu’on vient au monde avec autant de haine et de fureur en soi. Jamais.

Il existe tant d’enfants qui ont été maltraités et qui pour autant, ne sont pas devenus des criminels !

Ne pouvais-tu pas demander de l’aide quand tu faisais tes crises ? Entendre le cri de douleur de celle qui te suppliait ? de tes enfants qui te demandaient de cesser de faire du mal à leur mère, à eux-mêmes ?

C’est devenu insupportable de lire tes méfaits dans les journaux, dans les « faits divers », parce que la société n’a toujours pas trouvé les mots qu’il fallait pour qualifier tout ça. Ou pire, a fini par banaliser tes monstruosités …

Je n’avais pas envie de m’adresser à toi au départ de ce billet et puis, je me suis dit que tu méritais quand même qu’on te la claque cette vérité. En pleine tête. Comme les coups de poings que tu as un jour envoyé dans celle de ta compagne.

Semer la terreur n’a jamais été une prouesse. C’est presque à la portée de tout le monde. Protéger en revanche est un acte héroïque ! et ça, ça manque à l’appel dans ta construction.

Il y a quelques années, je disais volontiers qu’on peut pardonner à un enfant parce qu’il doit apprendre. On ne peut rien pardonner à un adulte qui, de sang froid, est capable de s’octroyer le droit de mort.

Tu vois, y’en a marre de tout ça ! Y’en a marre de voir ce compteur sur Facebook qui augmente. Ce compteur qui indique le nombre de féminicides depuis le début de l’année !

 

Publicités

Je suis (toujours) la Reine des Pommes (mais plus pour longtemps)

Extrait

http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/4954-je-suis-toujours-la-reine-des-pommes-mais-plus-pour-longtemps-tome-3-pomme-9782312052212.html

Avant-propos

Vous avez eu une belle idée de venir par ici ! Vous devriez en être au tome 3 si vous avez bien suivi mes tribulations. Sinon, il vous reste la possibilité de vous rattraper. L’un va sans l’autre mais c’est mieux si vous avez toutes les données car au final, il me semble bien que la question ultime sera : rester ou ne pas rester « Pomme », garder ou non le titre de Reine … et pour ça, il faut avoir les épisodes au complet.
Je vous mets cependant en garde.
Lire Pomme fait du bien. Lire Pomme permet d’ouvrir les yeux sur … la vie. Car ici, vous trouverez des tranches de vie d’une femme ordinaire, qui vit une vie ordinaire et qui a des clones/collègues/copines de galère (…) un peu partout dans la société … ordinaire. Comme dit quelque part ailleurs.
L’idée initiale, suite au départ du lâche, était de « refaire » ma vie. Entendez par là : croiser l’homme ! Le bon, le vrai, le fort, le solide, celui sur lequel on peut compter, quoi qu’il arrive, au milieu d’un océan calme ou déchainé. Celui qui dirait que la vie est belle et qui la vivrait ainsi. Ah ! … le prince charmant, absolument !
Je suis têtue, ou optimiste, j’ai insisté un peu. Et puis, j’ai voulu comprendre. J’ai stoppé net l’élan pour arriver jusqu’à vous et vous raconter mes mémoires (anciennement appelées « d’outre vie »), ne sachant plus très bien si je vivais ou si j’étais morte … d’inquiétude à l’idée qu’on ait pu nous raconter n’importe quoi dans les contes de fées, de princesses et compagnie.
J’ai donc croisé sur mon chemin un certain nombre de toxiques et d’indécis dont un quidam appelé par le commun des victimes : pervers narcissique, nommé ci-dessus « le lâche ». Celui là déchainait l’océan. Maitre de la tempête et du chaos à lui tout seul.
On pourrait appeler celui-ci « rouleau compresseur » ou « machine de guerre » ou « tsunami », tout convient, car après lui, on se sent un peu … à plat !
C’est sans compter sur les ressources que peut détenir une Pomme, malgré tout ! Un sursaut de vie et me voilà encore un peu Reine mais donc … de moins en moins.
On avance !
Je continue à poser mon regard sur le monde et à partager avec vous, mes longues réflexions qui ont tant occupé mes soirées d’hiver, de printemps … tiens, oui, d’été et d’automne aussi.
Tout ceci est tiré d’un blog datant de 2007/2008 qui a été mon compagnon pour m’aider à y voir clair en moi et dans ma vie. J’ai posé toutes mes aventures et réflexions sur des billets dont je vous livre ici le 3ème volet.
Afin de bien comprendre la situation globale également, voici quelques repères : en galère sentimentale, en reconversion professionnelle et en passion totale pour mes 3 fils, dont 2 sont adolescents à fond, sinon, ce ne serait pas drôle du tout !
Il faut savoir parfois s’arrêter pour réfléchir sur soi et trouver les nœuds qu’on a bien souvent fait nous-mêmes, sans le faire exprès, que certains ont serré d’avantage, en le faisant ou non exprès, pour les défaire et nous alléger de nos fardeaux passés et laisser place à la légèreté.
Je vous invite à poursuivre mon cheminement avec ce tome 3.

 

Fablette introductive
Une dame, vivant heureuse en pleine nature,
Vint à croiser un mâle qui cherchait aventure.
Il lui promit tant et tant,
Faisant naître sciemment des rêves au futur
Qu’elle finit par trop entendre, croire, se méprendre
Et vivre une véritable torture.
Tel un merle moqueur, il sifflait à ses oreilles
De si jolies choses et trop plein de merveilles…
Un jour pourtant, le vent aidant,
Le merle fut beaucoup moins brillant.
Il se mit à chanter de moins en moins souvent
Et fit croire quasiment qu’il entrait au couvent.
Il aiguisa son bec et fit couler le cœur de larmes amères en rejetant celle qui venait d’être mère.
La belle en fut pour ses sentiments, il disparut soudain.
Elle apprit donc, qu’à force de jouer aux malins,
Les mâles chantant très fort, très haut ou très mal,
Finissent toujours par rejoindre le lointain
et se faire la mâle !
Elle apprit ainsi qu’il ne faut écouter
Aucune mélodie d’un mâle aux aboies
Et ne croire aucunement
À aucun prince charmant.
Elle se mit à savourer enfin
Le bonheur du silence et des tout petits riens.
A force de jouer, de siffler, de chanter,
Apprenez mâle merle que tôt ou tard vous finirez par regretter longtemps
L’époque lointaine où vous chantiez souvent.

Note pour le lecteur : le merle dont il est question est en fait un coucou qui était venu s’installer dans le nid douillet d’une Pomme innocente. Il l’a quittée un (beau) matin et a fini par le regretter amèrement, n’ayant plus de prises sur sa proie, il a mis quelques années avant de retrouver un semblant de nid douillet et une vie sentimentale (si tant est que sentiment puisse être compatible avec un toxique pareil !).

 

La suite, dans le livre !

Vigilance rouge

Toutes les victimes de toxiques le savent (et l’apprennent à leurs dépends) : elles « les » attirent par leur sensibilité, leur besoin de donner de l’affection, leur besoin d’en recevoir.

Toutes les victimes de toxiques, au plus fort de leurs souffrances, voudraient trouver une épaule solide sur laquelle se reposer.

Elles sont donc, potentiellement, en permanence, dans la ligne de mire de ces toxiques. Et on boucle. Et on ne s’en sort pas. Et on retombe dans les mêmes pièges, assurées que l’on est que celui ou celle qui nous tend la main est sincère. Sourdes que l’on est de ses silences, justement.

Car le toxique est silencieux (au début). Il écoute. Il engrange les informations et vous sert à la sauce « empathie feinte » des phrases bien pesées qui vous feront croire que LUI n’est pas « comme ça ».

En fait, il entend : « l’autre avant me faisait ça et ça … » , il vous dit quelques jours plus tard : « Je trouve ça lamentable un mec (ou une fille) qui fait .. ça et ça. »
Bingo, vous avez oublié lui avoir dit. Il ajoute même qu’il est complètement en phase avec vous si vous dites « moi aussi ». Re bingo ! Vous êtes piégée, ferrée, coincée. Vous le croyez.

Bon, ça, ça marche pour les relations amoureuses. Mais…. ça marche aussi pour les amitiés et pire …………………… pour ceux qui vous font croire qu’ils vont vous aider, qu’ils sont devenus hyper solides suite à un drame identique arrivé dans leur vie.
Ils vous l’assurent : ils vous comprennent.

Alors oui, il y a des gens qui sont capables de vous comprendre. Heureusement !

Mais … alerte, vigilance … il y a les autres.

J’ai observé un phénomène très surprenant.

Point de départ : quand on sort d’une relation destructrice, on a forcément beaucoup de colère cumulée. Cette colère va sortir petit à petit. Dans la bonne direction. Normalement. Mais il arrive, si on ne se sent pas compris(e), qu’elle sorte aussi vers ceux qui osent douter de nous. Quand c’est ce sentiment d’injustice qui nous fait sortir de la colère, soit.

Mais quand la colère sort à tout bout de champs, tout le temps, sous forme de mots très forts, là, on peut commencer à douter !

Quand ces gens insultent en permanence : la justice, la police, les hommes (pour les femmes) et les femmes (pour les hommes), là, il faut se poser des questions et prendre du recul.

Ces gens qui inondent les réseaux sociaux me font froid dans le dos.

Au lieu d’y lire de la compassion pour les victimes, j’y lis de la haine.

J’insiste bien :

il y a deux types de personnes qui aident :

  • celles qui sont animées par la bienveillance et qui ont un discours rassurant, optimiste et positif orienté vers et pour les victimes
  • celles qui sont animées par la haine et le besoin de vengeance et qui ont un discours négatif, pessimiste et haineux orienté en permanence contre les bourreaux

Je ne suis pas sûre du tout que ces dernières personnes puissent être d’une quelconque utilité dans la reconstruction des victimes.

Déverser de la haine, n’est-ce pas ce que toutes les victimes détestent pour l’avoir subi ?

Sortez de ce cercle infernal : haine contre haine. Il est impossible de se reconstruire et d’y voir clair. La colère aveugle.

Faites vous aider par des personnes empathiques. Pas des personnes antipathiques (même si elles le sont à l’égard des bourreaux et des toxiques), elles ne sont animées que par la colère.

Videz vos colères contre les bonnes personnes, comprenez, prenez du recul, faites vous du bien. Pas du mal.

Vous avez dit « intelligent » ?

Vous avez sans doute noté comme moi que l’être humain se croit supérieur à tout : la nature, la planète, le ciel, l’espace, l’univers …

Il piétine la terre qui le nourrit, abat les arbres qui le font respirer, pollue la mer, pollue l’espace … pollue ses semblables en passant aussi …

Vous avez vu quand ils lâchent une fusée le bazar qui est balancé dans l’univers, sans se soucier si ça peut avoir des conséquences ?

En fait, l’Homme part à la conquête de l’espace pour aller chercher des réponses à des problèmes insolvables, rêvant de trouver pourtant des réponses pour laisser son nom dans l’histoire. Alors qu’il n’est pas fichu de réfléchir aux conséquences de ces actes.

Faudrait peut-être lui dire que dans quoi … 100 ans ? peut-être moins, on ne parlera plus de lui…

 

Ce besoin de supériorité me laisse pantoise …

supérieur … à quoi ? à qui ? pourquoi ?

Quand on est capable de dépenser des sommes astronomiques (sans jeu de mots ni humour, j’en manque ce soir) pour lancer des satellites et qu’on laisse mourir des enfants et des peuples entiers de faim, je ne crois pas qu’on puisse parler d’intelligence ni de supériorité !

L’intelligence consisterait juste à … réfléchir !
PS : si quelqu’un peut lui dire … moi, ça m’épuise tout ça !

MERCI !

Je n’aurais jamais pensé avoir un jour autant de lecteurs…
Quand j’ai lancé ce blog, j’avais (juste) (surtout) besoin d’épancher un cœur TRES lourd, chargé d’incompréhensions aussi bien que de peines voire de rancœurs et de rages.

Découvrir que tout ça a été vu + de 200 000 fois (dont 45 000  depuis l’été dernier où j’ai édité le premier livre), ça me laisse sans voix ! (j’ai pourtant la langue bien pendue ! 😀 )

Découvrir que les textes ayant eu le plus de succès sont liés aux pervers narcissiques (PN) et autres toxiques, ça me donne un mélange de sentiments curieux :

Je me dis qu’ils rendent, sans le vouloir, un sacré service aux victimes qui se (les) reconnaissent ici et là dans mes écrits.

Du coup, ça les aide (les victimes).

Du coup, le soleil brille un peu mieux (plus) dans leur cœur.

Et ça, ça fait gonfler le mien bien plus que tout l’amour que j’espérais recevoir à l’époque où je trônais au royaume des Pommes.

Ne nous leurrons pas, il y a beaucoup de personnes toxiques.

On peut toujours se voiler la face ou considérer que c’est dramatique d’avoir attiré autant de monde sur un sujet de cette espèce. Je ne crois pas. Ce qui serait dramatique, serait de ne pas en parler et ce qui l’est plus encore … c’est qu’il y a tant de personnes perverses, se nourrissant du mal qu’elles font aux autres.

 

( Lettre à mon (ex) bourreau : vues 19 027
J’ai aimé un pervers : vues : 11 581)

Merci à tous mes lecteurs de ce blog et de mes livres.

Je me sentais une âme de guerrière prête à révolutionner le monde à une époque. Je n’ai plus envie de guerre, mais toujours de révolutions. Celles qui permettront aux parents de changer de mode d’éducation pour leurs enfants en n’en faisant plus de futurs tortionnaires ou victimes, en ouvrant les yeux sur les conséquences gravissimes d’un manque d’amour ou de la maltraitance physique ou psychologique, que ce soit pour les victimes ou les bourreaux d’aujourd’hui, devenus adultes.

Alors oui, je suis fière !

J’ai appris qu’on peut être fière de soi tout en gardant l’humilité qui fait de nous des êtres doués de sensibilité et d’empathie à l’égard de son prochain. La grande différence avec les prétentieux qui tentent d’écraser les petites Pommes, c’est qu’on peut être fier pour soi, de ce que l’on a fait, ce que l’on fait, non par rapport à l’autre. Bannir le « je suis plus que, ou moins que ». Insulter l’autre et le rabaisser n’a jamais grandi qui que ce soit !

« Il faut que la honte change de camps » dit-on souvent. Alors il faut aussi que la fierté revienne à qui de droit.

Petites Pommes écrabouillées par les toxiques, relevez le nez, regardez le ciel (même s’il pleut), regardez l’horizon (le plus loin possible, quitte à changer d’angle de vue), regardez-vous dans un miroir et autorisez-vous enfin à vous trouver belles.

Soyez fières d’être celle que vous êtes. Je vous rappelle que c’est de rage que l’autre furieux s’en est pris à vous. Parce qu’il aurait tant voulu être comme vous … parce qu’il aurait tant voulu que vous lui soyez exclusives.

NB 1 : ça marche aussi pour les hommes

NB 2 : pour les nouveaux lecteurs, tous les livres sont disponibles auprès de mon éditeur. Cliquez.

Bas les masques !

Voici un texte écrit par une autre petite Pomme toute brisée de chagrin et de rage d’avoir été bafouée dans sa sincérité.
Je pense que, comme moi, vous retrouverez bon nombre de points communs avec le/la toxique qui vous a pourri une partie de votre vie (si vous n’êtes pas dans ce cas là, tant mieux, mais soyez vigilant (e), ce n’est pas de la science fiction !).

Je vous laisse apprécier aussi la qualité du texte.
NB : le texte introductif n’a pas donné lieu à un versement d’une quelconque somme d’argent, la petite Pomme auteure de ce texte l’a écrit sans menace non plus 😀 , je suis rouge de plaisir d’avoir été comparée à ce petit colibri qui tente goutte après goutte d’éteindre l’incendie qui ravage la forêt.🐦

 

Avant tout MERCI à toi Reine des pommes, petit colibri dans ce monde étrange de faire ta part en alertant les gens sous emprise comme tu l'as fait pour moi ! 

 

A toi, la manipulatrice .. 

Je t'écris ces mots bien que les écrire serait te rendre célèbre, ce que tu adores par dessus tout. 

On ne se rend pas bien compte de ce qui se passe dans une sphère intime et même l'entourage n'est pas à même de comprendre l'enfer dans lequel on vit. 

Adepte des évanouissements sur demande, c'est la première chose que j'ai remarquée chez toi  : cette faculté de fuir une conversation,de te mettre en apnée et de simuler un malaise (je sais ce qu'est un malaise vagal ,hein ! ). Il ne m'a pas fallu longtemps pour découvrir ce stratagème bien que mon cerveau rationnel ait eu du mal à se l'avouer. 

Adepte de la douleur fantôme,tu pouvais prendre des béquilles pour marcher et 40 secondes après courir comme un lapin et les mettre sur tes épaules. Tu pouvais te lever en disant "j'ai super mal au dos, partout "et faire le poirier dans les minutes qui suivaient. "Non mais ça va, c'est passé ", me disais-tu ! 

Adepte de la triangulation, tu aimais prendre à témoin une amie, au préalable bien travaillée au corps, pour qu'elle boive tes paroles comme tout ton entourage d'ailleurs et lui raconter ce que nous vivions . Je me souviens t'avoir dit que je n'aimais guère ce procédé . 

Adepte de l'ambiguïté,tu disais que pour venir me voir tu serais capable de faire la pute pour récupérer de l'argent et payer l'essence. Tentative de me culpabiliser qui n'a pas marché car je te disais" si tu ne peux venir ne viens pas ." 

Adepte des belles phrases ,de la poésie et des paroles inspirantes que tu adores mettre sur ton Profil Facebook , je n'ai découvert qu'après t'avoir laissée ( si si je n'ai pris aucun gant et ait fait cela par texto ) ce qu'elle renfermait de glauque et de menaçant : sombre ,désespérée comme tu aimes le faire croire aussi . J'aurais pu le comprendre et l'accepter si ce n'était pas pour servir tes intérêts néfastes et alimenter ton propre mensonge . 

Adepte de la victimisation, tu adores montrer aux gens ta souffrance, ton désespoir, ton soit disant amour inconditionnel (Mon c$* oui !). Tu t'es servie de mon enfant pour encore faire croire à l'amour alors que tu me demandais quand on se voyait de la faire garder car elle te fatiguait. 

Adepte de la phrase assassine,tu ne manquais pas de me faire savoir que selon toi je ne savais pas m'habiller, éduquer mon enfant, faire la cuisine voire même conduire. Sauf que moi, je nous ai pas mis sur 3 roues et sur des marches d'escaliers de surcroît. Ah bien sûr c'était de la faute au GPS et quand j'ai repris le volant ce n'était pas légitime que je sois en colère, ça pouvait arriver !!!! Mais j'aurais du te laisser sur la route ce jour là ! 

Adepte du contrôle permanent ,tu ne supportais pas que je ne réponde pas aux messages envoyés même quand je travaillais. Il fallait que tu saches où j'étais et surtout avec qui. Par contre l'inverse n'était pas possible car tu avais ta vie quoi ! 

Adepte de la provocation à outrance tu disais être pudique mais n 'hésitais à me peloter en public car tu savais très bien comment je réagirais et même si j'avais mal réagi tu aurais pris ton air de victime, rôle connu a la perfection. 

Adepte de la mise en difficulté, tu t'es bien amusée le jour où j'ai été invitée chez tes parents .Tu m'avais dit "mon père adore le bon vin plutôt le blanc". Me voilà partie pour acheter une bonne bouteille ; pas en supermarché non chez un caviste, ...et de le lui offrir et de m'entendre dire qu'il préférait le rouge...( ton père t'a initiée a l’œnologie soit disant et tu devais donc connaître ses goûts non ?) 

Adepte des amitiés qui servent,tu me parlais de ces gens que tu côtoies parce qu'ils te sont utiles . Même tes meilleurs amis ! Ce à quoi je te répondais que je ne côtoie pas les gens pour leur utilité mais par affinité. Tu déplorais souvent que tes posts n'aient pas le succès que tu aurais aimé. Il te faut attirer l'attention absolument. 

Adepte de l'acharnement et du harcèlement tu t'es permise de m'envoyer mails et textos avec des messages ambigus. J'en ai tellement reçus que je les supprimais au fur et à mesure jusqu'à il n'y a pas longtemps. Je ne sais pas, un sursaut, un réveil comme pour me dire "maintenant stop comme elle n'arrêtera pas je vais lui rappeler une loi fondamentale : le respect de la vie privée". J'ai noté et relevé tous tes messages j'ai pris mon enfant par la main et suis allée porter plainte. Je ne doute pas de l'enrobage dont tu a su faire preuve pour passer pour une victime et moi une sorcière auprès des gens que tu connais et que nous connaissions. C’est pourquoi j'ai pris les devants en supprimant toutes connaissances en commun même des personnes que je t'ai fait connaître. Je ne te hais pas.  Cela serait encore éprouver des sentiments. Non, je souhaite juste me pardonner du mal que j'ai accepté que tu me fasses et réapprendre les relations de base . Comment aborder une personne, comment ne pas me sentir envahie, comment poser mes limites, comment envisager la possibilité d'éprouver un jour des sentiments.

Rire, c’est la vie !

J’ai eu récemment un commentaire qui me disait : « Pourquoi ressasser tout ça si c’est fini ? » et puis un autre, plus « positif » qui me disait « merci pour ce que vous faites ».
Les deux m’ont interpellée, et sont liés sans que ce soit forcément évident.

Je rassure (ou pas) la première, je ne ressasse pas. J’aide. Aucune inquiétude à avoir sur ma santé mentale. Elle est au top de sa forme. Surtout depuis que je ne fréquente plus toxique (qui ne mérite pas de majuscule).

Très modestement (je n’ai pas la prétention en stock, je n’ai que l’humilité qui me semble être plus saine), je crois que mes paroles rassurent tout simplement parce que c’est ça que j’aurais aimé entendre ou lire. Alors peut-être que ça ne marche pas pour tout le monde. Je le conçois. Peut-être que certains imaginent qu’on a une porte dans la mémoire, porte blindée, qu’il suffit de tirer pour passer à autre chose. Peut-être. Pas moi.

Je sais pour l’avoir vécu, le bien que m’a fait la solidarité entre victimes. Je sais aussi que le rire libère et fait un bien fou. Je sais que rire, c’est la vie, pas pleurer. On dira que j’utilise une sorte de thérapie par le rire.

On dira aussi que je sais combien parfois, il n’est pas possible de rire de ces horreurs.

Pourtant, selon les circonstances … quand on rit, on prend du recul et quand on a pris du recul, on a moins peur et du coup … on est plus fortes !

NB : j’ai assez enrichi les fabricants de mouchoirs (que je respecte néanmoins) !

NB2 : j’ai tout de même un stock de mouchoirs parce que, quand je ris, c’est parfois aux larmes.

S’ils le font c’est qu’ils doivent avoir le droit …

Du banal, du quotidien, de l’ordinaire me direz-vous peut-être.

Sauf que, en prenant un peu de recul, le dit « banal » agace.

Je fais mes courses à un drive hier et en déballant, je découvre un paquet qui a été « presque » ouvert et refermé avec du scotch.

La partie ouverte ne permettait pas d’ouvrir le paquet en entier mais on pouvait un peu toucher ou, quoi qu’il en soit, n’importe quelle bestiole pouvait s’y glisser.

Je retourne au supermarché ce matin et la dame de l’accueil me dit sur un ton ne permettant pas la réplique : « ben (notons le « ben ») , s’ils l’ont fait c’est que sûrement, ils ont le droit. »

Je ne sais pas vous, mais moi, même si ça ne permet pas la réplique, je réplique quand même.

Je l’ai invitée à se pencher sur le code de la consommation.

D’un coup, elle a proposé que j’aille échanger le produit.

Ben, si je l’ai fait, c’est que j’ai le droit non ?

Il y a tellllllement de gens qui pensent que … s’ils le font, c’est qu’ils doivent avoir le droit

Vous ne trouvez pas ça inquiétant, vous, les gens qui donnent le pouvoir à « ceux qui le font parce que sûrement, ils doivent avoir le droit » ?

Si les producteurs ferment leur paquet, c’est aussi qu’il y a une raison, non ?

Réduction et coup de gueule

Êtes-vous, comme moi, choquée de voir des articles régulièrement sur les femmes (dites) rondes ?

Tantôt on dédramatise (rien que là, j’ai un peu la nausée) en disant que la femme ronde est sexy, tantôt on fait hurler la toile (et c’est tellement légitime ) en utilisant un côté « repoussant » sexuellement (encore une fois) d’une femme ronde.

 

Bref, tout tourne autour du sexe.

 

Et ça, ça ne choque personne ?!

 

Moi je n’ai plus la nausée, j’ai déjà vomi plusieurs fois !

 

C’était mon coup de gueule suite à la publicité scandaleuse (certes datant de 2015, mais quand même) (l’approche de l’été va réveiller les furieux et autres langues de vipères) :

http://www.ma-grande-taille.com/choisissez-un-sex-toy-plutot-quune-femme-ronde-144298 (cliquez, les mots me manquent pour expliquer)

(bon, je suis aussi choquée qu’une femme se soit prêtée à leur ignominie, certes)

En résumé, le monde doit être constitué de 90/60/90 sous peine d’exclusion définitive ?!!?

 

Ah oui, j’ai failli oublier .. et si on leur faisait la fête, à tous ces mecs qui se cachent derrière leur écran et insultent la femme en la réduisant à un objet sexuel ... sans doute ont-ils un souci quelque part ? … non … plus bas … plus bas encore … oui ! là … allez messieurs les goujats, regardez donc votre équipement et surtout, la façon dont vous l’utilisez !

PS 1 : je n’ai pas trouvé d’autres adjectifs encore pour remplacer « goujat » (mais je cherche)

PS 2 : j’imagine que leur femme est mince ou … insultée

PS 3 : à moins qu’ils ne soient célibataires ? … d’où l’usage du sex toy !!!! aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! c’était donc ça !

PS 4 : et le standard masculin finalement, on en parle ?

PS 5 : je vous laisse apprécier : http://www.letribunaldunet.fr/arbgalleries/20-robes-de-mariees-qui-nous-prouvent-que-le-mariage-cest-aussi-pour-le-pire.html/10 (si certaines robes, donc certains couturiers, ne prouvent pas que la femme est – trop – souvent réduite a un objet sexuel … )

Les bonnes intentions ! ah lala !!!

Une dame sans doute chargée de bonnes intentions est venue me dire : « Mais cessez de parler de lui et vivez !« .

Je lui ai conseillé de me lire un peu plus car visiblement, elle n’a pas compris, à travers mes lignes, que pour vivre, je vis ! je vis même à fond chaque minute.

Peut-être moins la nuit, je l’avoue.

Je dors enfin !

Elle n’a pas bien compris non plus que toutes ces lignes me soulagent, m’amusent même mais ont une autre vocation aussi : alléger les cœurs meurtris de tant de femmes qui se reconnaissent dans mes récits.

C’est ce qu’on appelle, accessoirement, l’empathie …

Ce qui manque le plus aux victimes de toxiques, c’est la vie qui s’éteint ou qui s’est éteinte lentement, empoisonnée par des mots trop souvent répétés, des mots assassins, réveillant des douleurs anciennes, attaquant une sensibilité à fleur de peau, celle qui avait éveillé l’instinct primaire du toxique.

Alors non, je ne m’arrête pas. Je m’amuse, je tire à moi les bénéfices de ces moments si riches de la vie, loin d’un toxique, l’œil cependant toujours vigilant à surveiller une éventuelle autre approche. Je donne de l’énergie aux autres, celles qui, comme mots de consolation reçoivent du dédain ou de l’indifférence. Pire parfois, de la méchanceté gratuite.

J’écris pour laisser une trace de ce qu’il est possible de vivre quand on a été trop pomme, pour que les mères puissent transmettre à leurs filles qui elles mêmes … pour les hommes aussi car ils ne sont guère épargnés par certaines mégères toxiques.

 

C’est comme ça que j’ai repris vie, en riant ! c’est en le regardant tel qu’il est : un bas de plafond, un tordu, un vide cosmique, un trou noir. C’est en faisant le ménage dans ma tête, en mettant des mots sur l’innommable, en racontant ici, en partageant ma sidération, en décrivant mes maux. Sûrement pas en disant à mon cerveau de me taire. Je ne sais pas vous, mais moi, je n’y arrive pas. Il tourne non stop. Il ressassait à l’époque, tout le film des années d’épuisement. Cherchant à comprendre.

Aujourd’hui, il faut en être conscient, je ne ressens strictement rien en pensant à lui. Ni haine, ni pitié, ni ressentiment. Rien. Le néant.

Encore que … en vous écrivant, je me revois me marrer comme une baleine en imaginant sa tonsure qui n’a pas du s’arranger depuis des années qu’il a disparu de ma zone géographique. Comme c’est la dernière chose que j’ai vue de lui quand il est parti l’air mauvais du tribunal, essuyant l’échec cuisant qui venait de le faire taire à jamais, j’y pense encore de temps à autre oui. La tonsure …

C’est au pire des endroits qu’il est touché : son ego ! qu’est ce que je me marre ! Lui qui, par provocation, ne se lavait jamais les cheveux (qu’il avait gras, vraiment très très gras, beurk !) le weekend et en vacances, juste, tenez vous bien, pour me faire honte ! ça donne une légère idée du niveau de débilité du personnage …

Décidément, quand on y pense, il ne porte rien. Même sa honte !

Bon, tout ça pour dire à la dame bienveillante (qui offrait tout de même, zut, j’ai failli oublier : ses services de psychothérapeute, au passage) que je n’ai pas besoin de ses services.

Pour une thérapeute c’est surprenant de ne pas savoir qu’en partageant, on s’allège … non, je n’ai vraiment pas besoin de quelqu’un qui vient me dire que je vais mal quand je vais bien.

ça me rappelle étrangement le tordu qui me nommait des faux persécuteurs pour jouer au faux sauveur mais faire de moi une vraie victime …

Pas facile pour tout le monde d’être empathique, pas facile tous les jours d’être empathique non plus …

Fontaine …

J’ai lu un commentaire qui disait : « Il n’est pas né celui qui me fera vivre ça », suite à la publication de la lettre à mon (ex) bourreau.

Ce commentaire ne se voulait pas négatif à mon égard, bien sûr.

Il a cependant éveillé en moi un sursaut lointain qui disait … la même chose !

Et je suis convaincue que si j’avais moi même lu cette lettre il y a … ouch ! déjà ?!, bref, longtemps, j’aurais sans doute été abasourdie, j’aurais halluciné, mais j’aurais pensé en effet que je n’en serais jamais la proie.

Pourtant…

Tomber dans les griffes d’un guignol pareil n’est pas une volonté qui nous vient un beau matin de paranoïa aiguë, au petit déjeuner. On ne se dit pas, à la première rencontre : « Tiens, m’a l’air bien pourri celui là, bien tordu, un comme je les aime ! me le faut absolument ! Il va sûrement m’en faire voir de toutes couleurs, chouette !« .

Non ! Qui pourrait imaginer un truc pareil ?!

Tomber dans les griffes d’un toxique ne veut pas non plus dire que la proie est un peu … limitée … voire conne (pardon, mais faut employer le vocabulaire qui se comprend le mieux).

Non plus ! Qui pourrait imaginer …

oui bon, plein de gens se disent ça.

Plein.

Ils disent : « En même temps, elle a du bien le chercher. » ou « Doit pas être bien maligne pour avoir accepté tout ça. » … je vous passe les autres remarques qui laissent à penser que justement, celui ou celle qui les prononce ou les pense… ne vaut guère mieux ou ne côtoie vraiment pas grand monde.

Car aujourd’hui, en 2017, qui n’a pas entendu parler des pervers narcissiques, des relations toxiques, des manipulateurs, du harcèlement moral … qui ?

Ils ont entendu parler mais le problème reste qu’ils ne comprennent pas le pourquoi du comment.

On ne va quand même pas leur répéter que le tordu n’est pas tordu au départ ? ou bien ?

J’ai de la peine pour toutes mes copines de galère qui entendent encore les mêmes remarques désobligeantes, immondes, qui ne font, au final, que renforcer la peine et la douleur qu’elles ont déjà en surstock.

La honte de découvrir qu’on a trainé un abruti pareil ! la honte !

Alors, inutile d’en rajouter, vous qui avez une amie, une sœur, une cousine, … (ça marche aussi pour les hommes) qui s’est fait descendre par un tordu. Écoutez la, consolez la, mais ne jugez pas.

Les jugements à l’emporte pièces ne sont utiles qu’à ceux qui les portent.

Histoire peut-être de se dire à eux mêmes : « Pourvu que ça ne m’arrive jamais !« .

Regardez autour de vous, il est rare de ne pas en avoir un dans notre entourage !

Ou alors, ceux qui jouent les surpris préfèrent ignorer le monde tel qu’il est ? hum … dommage, on n’est pas prêts d’avancer !

Sinon, la dernière option c’est évidemment que celui qui nous claque ça dans la tête est lui même un brin tordu.

Allez, ne dites jamais « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau. »

Je répète : Aucune des victimes n’a dit un jour « Toxique, viens donc me faire la peau » !

C’est pénible d’avoir à répéter !

 

Les sceptiques peuvent lire (les non sceptiques aussi) :

 

http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/4318-je-suis-la-reine-des-pommes-memoires-d-outre-vie-pomme-9782312045221.html
http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/4675-je-suis-encore-la-reine-des-pommes-pomme-9782312049113.html9782312049113.html
http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/4954-je-suis-toujours-la-reine-des-pommes-mais-plus-pour-longtemps-tome-3-pomme-9782312052212.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.leseditionsdunet.com/autobiographie/4962-pervers-narcissique-ou-autre-toxique-a-nous-deux–chacun-son-tour–pomme-9782312052298.html

 

Maudit dentiste

Sans doute quelques uns qui me liront, sauteront au plafond.

Sans doute, mais tant pis.

Vous, qui, comme moi, avez encore quelques dents  non contre quelqu’un,  mais dans la bouche, vous connaissez l’horreur absolue d’une rage qui vous prend sans crier gare.

Vous qui, amis dentés, avez entendu parler du mouvement de grève qui sévit chez nos dentistes français,

vous qui avez peut être eu l’outrecuidance de téléphoner à votre dentiste adoré cette semaine quémander un rendez-vous en extrême urgence,

vous êtes peut être tombés, comme moi, sur le répondeur qui vous disait :

« Cher client, notre cabinet a choisi de rejoindre le mouvement de grève qui durera toute la semaine. En cas d’urgence, veuillez contacter le 01 xx xx xx xx, le ministère de ??? » … j’ai pas retenu, je m’en suis étranglé !

Je comprends le droit de grève, je compatis aux problèmes financiers que chacun peut rencontrer. Oui.

Mais là, c’est quelqu’un qui s’est mis au service de personnes en souffrance, pas le plombier du coin (qui lui, ne pourrait pas se permettre de faire grève plus d’une demi heure), pas le conducteur du train (qui vous lâche un lundi matin, jour J pour un RDV vital), pas le quidam qui défend son sandwich, non, là, c’est un soignant !

Pas de service minimum. Juste le truc rigolo : appelez le ministère (son sens de l’humour m’échappe complètement).

Il nous désigne le responsable : c’est la faute à l’autre, moi, je vous aurais bien aidé comprenez, mais là, c’est pas ma faute !

En plus de votre rage de dents, vous faites un calcul rapide : il faut compter 2 à 3 mois pour avoir un RDV, l’annulation de tous les RDV de la semaine va provoquer un tsunami dans l’agenda du dentiste , auquel s’ajouteront tous ceux qui auront eu l’idée saugrenue de découvrir, comme moi, un problème dentaire pendant la semaine maudite !

Il ne manquera pas de boulot au retour. Et moi, la place dans l’agenda, je peux toujours courir !

Je lui souhaite qu’il pleuve des trombes d’eau et qu’il ne puisse même pas profiter de sa semaine tiens, le maudit !

 

NB : nous, les dentés anonymes, quand nous rencontrons un problème auquel nous accordons une grande importance, nous avons maintenant l’habitude de faire une pétition.

Et puis nous retournons au boulot.

Relevons la tête

Ce weekend, j’attendais monsieur Pomme dans ma voiture, sur le parking d’un supermarché.

Ceux qui me suivent savent sans doute que je hais ces lieux maudits où on ne sait plus comment on s’appelle en sortant. J’avais battu mon record de rapidité pour les courses un samedi matin : 20 minutes pour un caddie à moitié plein et une centaine de zigzag entre les retraités du coin.

Je les ai maudits d’envahir ainsi les rayons. J’ai rendu service à une petite mamie qui ne parvenait pas à atteindre le haut du rayon, mais tout de même …

Et puis je suis sortie. J’ai tout rangé dans le coffre et je me suis donc installée sagement, à attendre mon mari (parti vaquer ailleurs).

Et là, c’est moi que j’ai maudit. J’ai regardé tous ces petits retraités passer, lentement, l’air triste bien souvent. Et puis j’ai vu un petit monsieur, bien âgé, s’appuyant sur son caddie, puis s’y accrochant de plus en plus, à chaque passage devant ma voiture… il cherchait la sienne, l’air de plus en plus inquiet, visiblement convaincu qu’on lui avait volée.

Au 4ème passage, son air désemparé s’accentuant, je me suis dit que j’allais l’aider et soudain, je l’ai vu se redresser, sourire, soulagé. Elle était « là » !

Ne maudissons pas toujours et encore, tempérons nos élans de méchancetés qui naissent trop souvent de la vie tumultueuse que nous menons. Ces retraités, ce sera nous un jour. Et sans doute que nous aussi, peut être, nous chercherons notre voiture…

Relevons la tête et regardons un peu mieux le monde qui nous entoure !